Les Lisières

C'est un livre pour adultes de la rentrée littéraire de l'année dernière. Un livre que je voulais lire depuis longtemps. Un livre qui est finalement arrivé "par hasard" entre mes mains il y a quelques jours, à la faveur d'une belle rencontre de voisinage. Un livre d'un auteur, Olivier Adam, dont j'ai déjà lu et beaucoup apprécié d'autres romans, et qui écrit aussi pour la jeunesse ().

On pourrait se dire que c'est un livre déprimant. Oui, mais pas que. Que celui qui ne s'est jamais trouvé à la lisière de sa vie lève la main ! Ce roman, c'est d'abord ça : le bilan d'une vie à mi-parcours, où quand les parents vieillissent et qu'on devient alors sans le voir venir vraiment, les parents de ses propres parents. Et que tout revient à la surface, le passé, ses choix et ses erreurs.

Paul Steiner est devenu un écrivain reconnu. Pourtant, rien ne prédestinait cet enfant solitaire et suicidaire, puis cet adolescent anorexique et plus que tourmenté, venant d'une banlieue ouvrière, à réussir de la sorte. Mais sa femme Sarah le quitte et là, c'est l'ouragan, au même titre que le tremblement de terre et le tsunami qui sont en train de ravager une partie du Japon, un pays où tous deux avaient fait la promesse à leurs deux enfants, Manon et Clément, d'y vivre prochainement une année. Pure coïncidence ?

Un écrivain qui s'est toujours senti en dehors de sa vie, spectateur indifférent aux évènements et aux êtres. Lors de la séparation avec sa femme, de l'hospitalisation de sa mère, de son obligation à affronter le regard froid son père, ainsi que les critiques non-dissimulées de son frère, du manque viscéral de ses enfants, il en prend cruellement conscience et veut comprendre. Et c'est d'une douleur fulgurante.

Le lecteur assiste alors au retour en arrière sur une vie, sur des lieux, sur des personnes, sur des faits, sur des non-dits, sur des secrets. Olivier Adam réussit dans ce roman le tour de force d'établir aussi un parallèle social et culturel sur ce qui nous conditionne : notre appartenance à une classe, qui détermine l'habitat, les  choix de vie et qui au fil du temps, n'est au contraire pas gommée mais déplacée, à la périphérie. A la lisière. Et ce n'est qu'un éternel recommencement. Intellectuellement, j'ai trouvé ce procédé très stimulant car il donne à ce roman une autre dimension.

C'est un roman sur la fuite en avant d'un homme qui croit avoir tout vécu mais qui en fait n'est même pas encore parti. Un homme entier, sans compromissions possibles. Mais d'une sensibilité à fleur de peau. L'écriture, d'une finesse et d'une lucidité incroyables, m'a permis de renouer avec délice avec la littérature adultes que je déserte trop souvent...
Et je n'ai pu m'empêcher de penser : le Zola d'aujourd'hui ? 

C'est pourtant un roman qui pourrait en agacer plus d'un par son cynisme, sa froide analyse, par ces personnages ingrats qui se maltraitent mutuellement et semblent se complaire à agir de la sorte, par l'extrême pessimisme qui s'en dégage, par ses avis tranchés sur la société actuelle, par le style de l'auteur très dense avec de nombreuses digressions, mais non, pour moi, c'est un roman qui en dit long sur la nature humaine, voire qui dit tout. Dans sa noirceur, je l'ai trouvé tellement juste et pourquoi pas lumineux. Du moins, la fin permet de l'entrevoir. 

Il y a tant de choses que je pourrais encore dire sur cette lecture qui m'a profondément bouleversée...trop difficile à formuler et puis, ce serait trop intime...car nous avons tous nos propres limites là encore.

Alors merci à la personne qui me l'a prêté...

Retrouvez l'avis de  :
-Le cahier de lecture de Nathan

Les lisières
Olivier Adam
Flammarion

Commentaires

  1. Voilà un titre que vous remue de l'intérieur on dirait. En tout cas, vous en parlez à merveille Nathan et toi :-) Je ne le lirai probablement pas pour le moment mais le note dans mon pense-bête ainsi que le nom de son auteur !

    RépondreSupprimer
  2. J'ai lu pas mal de coms sur ce livre ou d'autres de cet auteur. Apparemment il ne fait pas dans la joie.
    Il faudra que je me fasse ma propre opinion sur lui.
    Un roman qui marque apparemment. Je le lirai sans doute un jour...
    Bonne semaine.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Votre p'tit avis, c'est ici...merci !

Ce que vous avez aimé sur le blog...

Coup de cœur numérique #32 : Application Les incos

Lectures de vacances #1 : London Panic !

La danse du swap d'été !

Lectures de vacances #2 : Baleine rouge

Mon top 5 du moment en littérature jeunesse