Sweet Sixteen

Molly et Grace auraient sans doute pu être des amies. Sauf qu'elles n'ont pas la même couleur de peau. Molly est noire et Grace blanche. Dans l'Amérique des années 60, dans des Etats ultra-conservateurs comme l'Arkansas, on ne rigole pas avec ça. La ségrégation raciale est plus qu'un mode de vie, c'est une mentalité ancrée dans des préjugés et des superstitions au long cours.

Ce roman, inspiré de faits réels, relate cette terrible expérience : le plus prestigieux lycée de l'Arkansas, Little Rock, ouvre ses portes pour la première fois à neuf étudiants noirs volontaires. La loi doit être respectée. Face à eux, 2500 autres sont prêts à leur faire regretter ce choix, considéré comme un affront intolérable. Molly fait partie des volontaires. Elle va se trouver embarquée dans une histoire qui rejoint la grande. Il lui faudra affronter la peur, les insultes, les coups bas, le mépris,...et c'est peu dire. Avec le soutien de sa grand-mère Shiri et de sa mère Erin, ce sont trois générations de femmes qui, bien malgré elles, vont écrire un pan de leur propre histoire, celle de l'acceptation de leur statut d'être humain à part entière. Une expérience fondatrice pour Molly, qui fêtera ses 16 ans cette année-là, ses "Sweet sixteen", dans des conditions qu'elle n'aurait jamais pu imaginer, même dans ses pires cauchemars.

Ce roman alterne les voix de Molly et de Grace, jeune fille de très bonne famille, qui ne pense qu'à son apparence, en apparence. Elle s'interroge. Elle constate un décalage entre ce qu'on dit et la réalité. Et devient elle aussi témoin d'une époque qui la dépasse, avec ces adultes blancs, et notamment ses propres parents alors qu'elle aime profondément sa nourrice noire, pires que des bêtes envers leurs homologues noirs. Cet aspect-là du roman est essentiel : à travers le personnage de Grace, dont la conscience est chamboulée par ce qu'elle voit et entend contre les Noirs, c'est toute une Amérique qui va peu à peu changer et accepter. Une histoire est en marche, celle de l'émancipation et du respect de chaque être humain, quelque soit sa couleur de peau. La violence dans ces pages est omni-présente et je me suis demandée comment nous aurions réagi nous dans ces circonstances où le bien-pensant allait radicalement contre les Noirs. Quand la masse est sous le coup d'une pensée unique, quelle place est faite à ce que pense l'individu ? Je me suis demandée aussi si les choses avaient réellement changé...Les années 60 ne sont pas bien loin.

Ce roman m'a réellement appris sur un sombre épisode de l'histoire américaine : il y a bien sûr la figure évoquée de Martin Luther King, du Klu Klux Klan et ses méthodes barbares, la ségrégation raciale et ses tristes faits, mais je ne savais absolument pas que cette expérience avait été menée. Il est intéressant de noter aussi l'imbroglio politique américain et ses contradictions dont sont otages les protagonistes de cette histoire. Le récit est tellement bien mené qu'on se croit non pas dans un roman, mais dans un documentaire-fiction.  

Merci à l'auteure d'avoir soulevé ce pan très méconnu de l'histoire américaine : c'est un roman coup de poing, un roman qui claque. Très bien écrit, très bien construit et qui pose l'essentiel. Et qui fait réfléchir...

Retrouvez les avis de :
-A lire aux pays des merveilles
-Les lectures de Kik
-Maman Baobab et son interview de l'auteure
-Carole 3 étoiles

Sweet Sixteen
Annelise Heurtier
Casterman

Commentaires

  1. J'hésitais encore, je crois que je vais craquer et l'acheter. (mais si je continue à agrandir ma PAL plus vite que la fais fondre Aaaargh.... c'est le tonneau des Danaïdes à l'envers ! ;))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il se lit rapidement...
      moi aussi, j'avais prévu d'autres lectures et je me laisse embarquer par d'autres...

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Votre p'tit avis, c'est ici...merci !

Ce que vous avez aimé sur le blog...

16 nuances de première fois

Le jour de l'âge de raison

Jusqu'ici, tout va bien

Coup de cœur numérique #34 : Tip Tap mon imagier interactif

Les petits amis de la nuit