Mon père est une saucisse

Dans la famille de Séraphine, collégienne bien dans sa peau,  il y a :
-la maman, chef d'entreprise superwoman de Sucre et Compagnie,
-le grand frère Balthazar, un ado bien d'aujourd'hui,
-le petit frère Lubin, spontané et plein de bon sens,
-le papa, expert-comptable, à bout de souffle...

Tout commence quand il annonce qu'il a démissionné de son poste : les chiffres l'étouffent, l'asphyxient, le noient, le rendent dingue, bref, il n'en peut plus ! La révélation de ce non-sens de sa vie lui vient quand il doit s'occuper seul des ses trois enfants...Sa femme est encore entre deux avions et la nounou attitrée de la famille a du rejoindre sa maman malade. Mais le pompon, c'est quand il annonce à sa famille qu'il veut devenir comédien !  Dont acte ! Il décroche même rapidement un premier rôle dans...une publicité pour des saucisses hyper-chimiques. La maman est plutôt dubitative mais les enfants soutiennent leur quadragénaire de père. Malgré les embûches, il va au bout de son choix avec l'aide de Séraphine.

Je ne sais pas pour vous, mais moi, les romans d'Agnès de Lestrade, je me jette dessus (d'ailleurs, il y a deux ans, un roman de cet auteure était le premier billet de ce blog) : sa sensibilité si particulière, si proche des gens, me touche toujours beaucoup. Ce petit roman plein de gaieté pose en filigrane un sujet sensible : a-t-on le droit, adulte, de changer de cap, a fortiori quand cela engage toute une famille, au nom de son bien-être personnel ? C'est un roman qui aborde aussi avec beaucoup de chaleur la communication dans la famille : entre conjoints, entre frères et sœur, entre enfants et parents. Il fait fi aussi des conventions sociales avec beaucoup d'humour. Le seul bémol pour moi : les marques des produits omni-présentes (ça me gêne toujours, mais bon,...). Une très belle façon de parler de l'accomplissement de soi (par les temps qui courent, c'est bien utile de le rappeler...).

Une lecture légère, réjouissante et attendrissante, pleine de bonne humeur, à l'image du titre qui annonce déjà la couleur !

Mon père est une saucisse
Agnès de lestrade
Le Rouergue
Dacodac

Commentaires

  1. Oh il donne envie celui-là !

    RépondreSupprimer
  2. J'adore Agnès de Lestrade moi aussi et ce texte aussi évidemment :-)

    RépondreSupprimer
  3. coup de cœur pour moi aussi! et ce titre si sympa qui marque bien les mémoire! j'ai mis un lien vers ton billet au passage!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Votre p'tit avis, c'est ici...merci !

Ce que vous avez aimé sur le blog...

16 nuances de première fois

Le jour de l'âge de raison

Jusqu'ici, tout va bien

Les optimistes meurent en premier

Coup de cœur numérique #34 : Tip Tap mon imagier interactif