Les disparitions d'Annaëlle Faier

Annaëlle est persuadée de faire disparaitre les gens et les choses qu'elle aime...et aussi les sentiments.
Faut dire qu'elle prend le même jour un sacré coup de bambou sur la tête : elle perd son premier amour et ses parents se séparent. Elle n'a rien vu venir. Et du coup, elle culpabilise. C'est de sa faute. Son super-pouvoir, c'est ça. Faire tout disparaitre. Elle est une "héroïne inversée". La vie n'a donc plus la même saveur pour elle. Elle n'ose plus rien. Petit à petit, elle va se laisser dévorer par "ce loup hurlant", le loup de sa dépression. Et une sévère ! Elle va pourtant trouver une échappatoire : l'écriture. Un long cheminement à travers les mots. Percutants. Cyniques. Réalistes. Matures. Drôles. Révolte et apaisement.

Ce journal, écrit au fil des mois, est touchant de vérité : Annaëlle, c'est l'adolescence à l'état brut qui découvre que dans la vie, tout n'est pas aussi lisse qu'il n'y parait, que la vie est faite de compromis, pas toujours louables. Mais ce chemin de croix, à certains égards, c'en est un, va lui permettre de rencontrer la vraie amitié à travers Rachel, une jeune fille apparemment banale, mais qui à sa façon, va semer des réapparitions dans sa vie. Elle sent, Annaëlle, qu'elle n'est pas toujours à la hauteur de cette amitié mais tant pis, elle a compris que ça fait partie du jeu. J'ai vraiment beaucoup aimé les échanges sur la lecture entre les deux jeunes filles. Selon Rachel, on a tous un livre écrit spécialement pour chacun d'entre nous. Il suffit de le trouver. Cet aspect-là du roman m'a beaucoup touché, c'est joliment dit et j'aurai tendance à y croire aussi...

L'autre aspect du roman qui m'a particulièrement saisie, c'est la relation mère-fille : elles vivent toutes deux la même chose, le deuil de leur amour, à des années d'intervalle. Elles finissent par s'atteindre mutuellement dans la souffrance, à exprimer ce désastre mais à en faire une force pour se relever.

Le style de l'auteur est remarquable de justesse et de sincérité. J'ai failli perdre le fil à un moment, mais il a su me faire raccrocher et je ne regrette pas d'être allée au bout de cette histoire très émouvante et belle. Je me dis qu'il me faudra la relire , j'en ai relu des passages depuis et j'ai ressenti les mêmes frissons.

Un roman atypique sur la fin de l'enfance.

L'avis de Carole- 3 étoiles

Les disparitions d'Annaëlle Faier
Jean-Noël Sciarini
Ecole des loisirs 
Collection Médium

Commentaires

  1. Un thème qui me plait sinon je ne connais pas du tout.
    Bon weekend pascal.

    RépondreSupprimer
  2. J'ai beaucoup apprécié la lecture de ce roman moi aussi ^^

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Votre p'tit avis, c'est ici...merci !

Ce que vous avez aimé sur le blog...

La petite fille qui inventait des histoires

Arbre

Ribambelle

La princesse de l'aube

Ma grand-mère est une terreur