Pages

vendredi 31 août 2012

Les bras de papa : rien que pour moi !

Après Toi dedans, moi devant : le ventre de maman (chroniqué ici), le duo Jo Witek et Christine Roussey revient  cette fois-ci, avec un très bel album en hommage aux papas et à leurs bras si propices aux jeux, aux câlins, aux rêveries...

Un objet-livre magnifique pour les petits aux grandes pages bien cartonnées, aux couleurs pastels, très graphique, très poétique et qui fait le tour de l'ingéniosité de ces bras-là pour accompagner leur progéniture sur le chemin de l'autonomie.

Des bras enveloppants, câlinants, encourageants, rassurants...comme les papas savent le faire dans les petits moments du quotidien.

Juste un petit clin d’œil à la fin...

C'est très juste, beau et touchant.

"Mon papa, si tu savais comme je t'adore" est le mot de la fin mais il se suffit à lui-même.

Une très belle façon de renouveler le genre: à croquer et à craquer !

Les bras de papa : rien que pour moi !
Jo Witek et Christine Roussey
De la Martinière jeunesse

jeudi 30 août 2012

Autres bibliothèques, autres moeurs

Je ne sais pas pour vous mais quand je vais à l'étranger, je ne peux pas m'empêcher, si j'en ai l'occasion, de mettre un pied dans les bibliothèques ou les librairies que je croise en chemin. 
Chacun ses défauts !

 
Cet été, j'étais en Andalousie et dans la plus grande ville du coin, il y a la ville de Priego de Cordoba, 20 à 22000 habitants et sa bib...


  

Plus petite que celle où je travaille mais à population équivalente, avec une quarantaine de places toutes occupées en fin de matinée et ses horaires d'été : 40 h d'ouverture/semaine et je n'ai pas vu beaucoup de personnel. Je suis allée voir leur site et l'hiver, il faut ajouter le samedi de 10h à 14h....contre 20h30 là où j'exerce.
Pour mes collègues bibliothécaires qui suivent ce blog, elles savent que le sujet des horaires d'ouverture est un sujet sensible en France. Apparemment, personne n'y trouve son compte : ni l'usager, ni le personnel... 

Vaste débat !!! 

Son site ici

mercredi 29 août 2012

Tu ne jugeras point

Un roman sur l'amour absolu des mères et leurs jardins secrets. Denise Desantis, mère de quatre enfants, est une femme sans histoires, dévouée à sa famille. Et pourtant, il ne faut pas la juger trop vite.
Tout va basculer pour elle le jour où, pressée, elle laisse son petit dernier endormi dans sa poussette devant le magasin où elle a juste une course à faire, en prenant avec elle son grand frère, pas toujours très sage. Au retour, c'est le choc : le petit David a disparu...
Commence alors le long chemin de l'enquête judiciaire avec le juge et le policier qui en sont chargés. Les témoins parlent, les versions se contredisent, et Denise Desantis est une énigme à elle toute seule. De chapitre en chapitre, le lecteur échafaude ses propres hypothèses immédiatement anéanties par l'ingéniosité de l'auteur à brouiller les pistes. Jusqu'à la fin, la surprise est totale. La psychologie des personnages, de la mère au père, du policier au juge, des témoins du village où tout se sait sans que personne ne dise rien, est très fine. L' écriture est remarquable de précision et je me réjouis que ce roman ait obtenu le Prix des lycéens de Littérature en 2011.
Un roman qu'on ne lâche pas. Une adaptation cinématographique en serait évidente.

Tu ne jugeras point
Armel Job
Mijade

Pour grands ados et adultes

lundi 27 août 2012

Des chats et des oiseaux


Un petit album tout doux, sous forme de comptine, qui relate l'amitié très forte entre un oiseau et un petit garçon : ils se rencontrent tout à fait par hasard dans la forêt, s'apprivoisent peu à peu, partagent leurs jeux et leurs secrets...jusqu'à ce l'oiseau explique à l'enfant qu'il doit partir dans un pays chaud mais il va revenir au printemps prochain. Commence alors l'attente, le regret des jours heureux puis la joie des retrouvailles, comme promis. La douceur des illustrations va à merveille avec la poésie du texte.
Une belle entrée en matière sur la nature pour les petits. Tendre à souhait ! 

L'oiseau/Ingrid Chabbert et Sandrine Cazassus.-Petite plume de carotte

Des chats, en veux-tu en voilà : à chaque page sa trouvaille...
Des chats délurés, échevelés, à croquer ! Une petite ritournelle accompagne ces jolis matous, c'est sympa comme tout !

Une incursion bien  sympathique des Editions l'Edune dans l'album pour les tout-petits.

Matous partout/Bernadette Pourquié et Julie Eugéne.-Editions l'Edune


J'ai craqué à la lecture de cette très jolie histoire : un petit garçon a rendez-vous chaque jour avec un oiseau sur le rebord de la fenêtre pour lui donner des graines à manger. Mais aujourd'hui, l'oiseau est différent. Il semblerait qu'il veuille montrer quelque chose à Joseph...

Une belle façon de parler de l'attente d'un petit frère.

Petites graines/Emile Jadoul et Catherine Pineur.-Pastel 




Une merveille ! Cet album est un vrai coup de cœur ! Je vois encore la surprise de ma fille passionnée par les oiseaux lorsqu'elle l'a ouvert.  Plume est en fait un chat noir qui aime les oiseaux, quoi de plus normal ! Sur la page de droite, un très joli dessin de chaque oiseau, avec en toile de fond la présence du chat (beaucoup de clins d'oeil entre le chat et chaque oiseau...) et page de gauche, les plumes de l'oiseau détaillées et toutes légères dans de belles couleurs. On a envie de souffler dessus pour les voir s'envoler...
C'est magnifique, frais et poétique.

Plume/Isabelle Simler.-Editions Courtes et longues




samedi 25 août 2012

Quand les enfants aident les adultes

Je n'avais pas encore lu les deux derniers romans pour adolescents primés par le Prix Sorcières, c'est chose faite et nous vous les recommandons (chez nous, tous ceux en âge de les lire les ont plébiscité :)

La fourmilère de Jenny Valentine dans la collection Médium de l'Ecole des loisirs est pour nous un vrai coup de coeur : au 33, Giorgiana Street, dans un quartier peu réputé de Londres, vient d'atterrir Bohémia, dite Bo, dix ans, avec sa mère Cherry, paumée, droguée, alcoolique...Elle n'en aime pas moins sa fille, mais à sa façon. Livrée à elle-même, la petite Bo va faire connaissance avec les autres locataires. Il y a Steve, le propriétaire, pas un mauvais bougre, Mick qui a mis Cherry dans son lit (mais ce n'est pas difficile...), Isabel, une vieille dame qui se mêle de tout et son vieux chien Paillasson et Sam, un jeune homme de 17 ans qui vient d'arriver lui aussi. De fil en aiguille, on va apprendre qu'il traîne un très lourd secret.
Le lecteur suit donc ces personnages dans des chapitres alternant la voix de Sam et de Bohémia. Ces deux-là vont devenir amis sans vraiment le savoir. Sauf que Bohémia va changer la vie de tout l'immeuble...
Ce roman parmi les paumés de Londres ne tombe jamais dans le sordide mais s'attache avec beaucoup de délicatesse à décrire l'entraide et la solidarité entre ces personnages chaleureux et attachants. Une très belle découverte.

L'innocent de Palerme de Silvana Gandolfi aux Editions Les grandes personnes aborde le destin de Santino, petit garçon de 6 ans, confronté à la mafia sicilienne : son père et son grand-père seront tués sous ses yeux et lui s'en réchappe de peu. Il va rencontrer le juge qui veut le convaincre de témoigner. Une complicité va naître entre eux. Et l'enfant va aider la justice.
Le lecteur suit aussi la vie de Lucio, 11 ans, un peu rebelle vis-à-vis de sa mère, malade et qui lui confie trop souvent à son goût la garde de sa petite soeur. 
Les chapitres alternent entre ces deux vies qui n'ont apparemment rien en commun ?

Inspiré de faits réels, c'est un roman fort et prenant, très bien construit, sur la capacité de l'enfance à rebondir malgré des évènements tragiques. Et sur l'entêtement d'un garçon à aller jusqu'au bout, malgré le danger. Une très belle lecture également.




jeudi 23 août 2012

Madame Pamplemousse et le café à remonter le temps

Voilà une suite bien croustillante ! J'avais déjà beaucoup apprécié le tome 1 (voir ) et ce tome 2 se déguste avec délectation !

On retrouve notre chère Madeleine dans une famille adoptive et tout va bien pour elle. Sauf qu'elle va se retrouver emportée dans une aventure des plus fantastiques !
Il existe à Paris un Café pas comme les autres où trône un percolateur argenté qui appartient à l'heureux propriétaire Monsieur Moutarde. Il s'agit tout simplement d'une invention géniale mise au point avec Madame Pamplemousse : une machine à remonter le temps. Ils vont en avoir bien besoin face à Mademoiselle Fondue, envoyée du gouvernement et dont la mission consiste à éradiquer de Paris tout plaisir culinaire. Il ne faut pas qu'elle s'empare de la fabuleuse machine !
Nos courageux  héros vont donc affronter, en remontant le temps d'une façon assez spéciale, de terribles aventures : récupérer de la bave fraîche de Tyranausaure Rex et des larmes de sphinx, les ingrédients indispensables à la préparation d’un breuvage qui devra à la fois sauver leurs vies et guérir l’esprit de Paris du mauvais sort qu’on lui a jeté.

Le lecteur va de rebondissements en rebondissements, l'écriture est alerte et les idées géniales : le filon de la machine à remonter le temps a déjà été très bien exploité par d'autres mais là, on en découvre une autre facette très extravagante. Le suspense est garanti jusqu'aux dernières pages et Madame Pamplemousse et son fameux chat Camembert se dévoilent sous un autre visage. A la fin, on  ne sait plus si c'est du lard ou du cochon et on craint pour la pauvre Madeleine. Mais tout finira bien !

Une aventure menée tambour battant et qui ravira les jeunes lecteurs jusque dans les illustrations de Sue Hellard.

Enfin du bon fantastique pour les plus jeunes et une série qui tient bien ses promesses (c'est assez rare pour le souligner...).

Madame Pamplemousse et le café à remonter le temps
Rupert Kingfisher
Sue Hellard
Albin Michel
Collection Witty

mardi 21 août 2012

Le crafougna

Je sens que je vais crafougner bientôt : reprise du boulot aujourd'hui (eh oui ! quand même !), rentrée scolaire et son cortège d'obligations que je fuis d'année en année...mais bon...

Je vais donc lire et relire cet album qui aborde avec humour la mauvaise humeur, les râleries, la déprime...Quand le crafougna a décidé d'élire domicile chez vous, rien ne va plus ! Du coup, tout le monde crafougne parce que la crafougne, c'est très contagieux ! Vous avez déjà remarqué ???

Mais le petit garçon de cette histoire ne l'entend pas de cette oreille : et puis quoi encore ? Il ne va pas se laisser gagner par la mauvaise humeur ambiante ! Il décide de se moquer de cette vilaine bête...qui ne va pas apprécier du tout qu'on lui tende le miroir de ses propres travers...Et tant pis si l'animal s'installe chez les voisins...(euh, bon, c'est pas trop top ça...).

Un album dôle et irrésistible pour dédramatiser la crafougne...
Les enfants adorent !
A quand ce mot dans le dictionnaire ?

Je vais essayer de ne pas trop me laisser gagner par ce sentiment bien désagréable...promis !
Et crafougni et crafougna !

Le crafougna
Stéphane Servant et  Anne Montel
Didier jeunesse
Hors collection


dimanche 19 août 2012

Dernier métro

Voici un roman que j'ai lu avant de partir en vacances et j'en garde un souvenir très net. L'écriture de Christophe Léon est toujours aussi incisive et on peut dire qu'il a le don de déployer ses histoires pour les ramasser dans des fins tragiques.

Il s'agit de la grande Histoire vue par la petite histoire, à travers le destin d'un père et de son fils. L'auteur aborde les événements de la guerre d'Algérie mais en métropole. Station Charonne en 1962 : une manifestation communiste va dégénérer et Daniel et son père vont y être mêlés en quelque sorte bien malgré eux.

Daniel a 16 ans. Il vit à Paris avec son père Maurice. La maman, décédée il y a quelques années, leur manque. C'est la grande soeur, Louise, qui l'a remplacée dans les tâches quotidiennes. Mais à 21 ans, elle rend son tablier pour vivre sa vie car elle ne supporte plus de leur servir de bonne à tout faire. On sent bien que pour les deux hommes de la maison, c'est une blessure cachée avec pudeur. Maurice est une figure paternelle haute en couleurs que Daniel admire en secret même si parfois, il le trouve un peu ringard ! Maurice travaille aux usines Renault de Boulogne-Billancourt. C'est un fervent militant communiste. C'est de famille. Il rêve pour son fils d'un monde meilleur. Tout cela dépasse un peu Daniel mais il cherche à comprendre jusqu'au jour où tout bascule pendant cette manifestation, dans le métro...

L'écriture de Christophe Léon est remarquable : il retrace avec beaucoup de simplicité cette relation père/fils très forte, leur quotidien chargé d'habitudes masculines. Les interrogations d'un adolescent de cette époque face à la politique pourraient être celles d'un ado d'aujourd'hui. Un roman qui se prêterait bien à une adaptation cinématographique.

Un roman sensible, attachant et à la fin poignante.

Pour grands ados et adultes.

Dernier Métro
Christophe Léon
La joie de lire
Collection Encrage


mardi 14 août 2012

Méli-Mélo...le retour !

Quinze jours en Andalousie, dont voici le symbole

Branche d'olivier




Tolède, Cordoue, Séville, Grenade, Malaga, Ségovie...et j'en passe !

Un séjour superbe, 3000 kms parcourus sous un soleil de plomb (45°), que de belles choses à voir, des paysages à vous couper le souffle, des gens très accueillants, beaucoup de photos à trier...

Mais aussi de belles lectures, dont voici un aperçu...

Beaucoup de romans...

Il me reste une semaine de vacances, dont je compte bien profiter...
Des billets à suivre donc...
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...