Pages

lundi 27 février 2012

samedi 25 février 2012

Re-Abécédaire

ABCDessiné éd. L' Edune

Début février, j'ai été gentiment invitée à participer au tag Abécédaire...et je me suis aperçue (un peu tard !) qu'il fallait non pas parler de soi...mais de ses lectures (:)!)...ben, oui, logique...

Comme il n'est jamais trop tard pour bien faire, voici un aperçu de quelques livres lus et chroniqués sur ce blog...

ça vous laissera le temps durant ma semaine de congés (qui commence aujourd'hui !) de les (re)découvrir !




A comme A la recherche du paon perdu (complètement déjanté !)
B comme (Le) Bébé tombé du train ou quand l'amour d'une mère est plus fort que tout (mon coup de cœur de l'année 2011)
C comme (Une) Chanson d'ours (des ours pas mal-léchés...)
D comme Dear George Clooney, tu veux pas épouser ma mère ? (et moi ?)
E comme (L)'Envol (très doux)
F comme (Les) Fantastiques livres volants (magnifique !)
G comme (Le) Gingko : le plus vieil arbre du monde (à découvrir absolument)
H comme ?
I comme (L)'Incroyable histoire de l'homme qui avait trouvé un petit pois dans une huître (j'aime beaucoup les titres à rallonge...)
J comme Je t'aimerai toujours, quoiqu'il arrive...(essentiel)
K comme ?
L comme Lali l'orpheline où l'on se demande si l'on peut faire du mal en croyant faire du bien (un autre coup de cœur et titre à rallonge...)
M comme (Le) Monde dans la main (se lit d'une traite)
N comme New-York en pyjamarama (étonnant)
O comme Obstinément chocolat (une autre passion)
P comme Petite boîte jaune (superbe)
Q comme Quelqu'un qui vous ressemble (une pièce de théâtre à voir absolument)
R comme Rien ne s'oppose à la nuit (sur la filiation)
S comme Soixante choses impossibles à faire avant le déjeuner (surréaliste)
T comme Tous pareils ! (eh oui !)
U comme Une aventure de José Lapin (solidaire)
V comme (Le) Ventre de maman : toi dedans, moi devant (poétique)
W comme Waluk (encore des ours, j'adore !)
X-Y-Z comme ?

J'espère retrouver mon blog en bon ordre à mon retour comme sur cette vidéo (qui a déjà bien circulé mais je ne résiste pas !).


mercredi 22 février 2012

Les animaux ...et leur famille

Un imagier tout doux sur un sujet de prédilection chez les enfants, petits et grands : les animaux ! 
 
Celui-ci a l'avantage de renouveler le genre puisqu'il propose sur la page de gauche l'animal dans une découpe noire sur fond blanc et page de droite sa famille au grand complet avec dans le bas, des informations sous forme de petits macarons sur son cri, son habitat et sa nourriture. Pas de classement des animaux mais plutôt un pêle-mêle. Des illustrations aux tons pastel très agréables à regarder donnent à l'ensemble un imagier très réussi où finalement, on apprend plein de choses aussi (surtout sur les cris des animaux, c'est parfois étonnant !).


La maison d'édition Escabelle avait déjà édité " Mon imagier des petits bonheurs" sur les petits choses de la vie qui nous emplissent de joie. Plein de tendresse également.

Les éditions Escabelle, c'est ici







Les animaux...et leur famille
Barbara Nascimbeni
Escabelle

lundi 20 février 2012

Waluk

Une BD qui aborde le problème du réchauffement climatique du point de vue des ours polaires : Waluk est un jeune ours de deux ans et il doit se débrouiller seul si jeune. Son environnement déjà bien hostile l'est plus encore du fait de l'activité humaine qui a fini par dérégler le climat. Se nourrir devient un défi quotidien et il se voit obligé de se rapprocher des humains pour survivre, avec tous les risques que cela comporte. Heureusement pour lui, il va rencontrer Esquimo, un vieil ours qui va le protéger et le guider vers son autonomie. Une initiation, semée d'embûches, de réalisme aussi, mais qui pourrait permettre à Waluk de rentrer lui aussi dans la légende du grand ancêtre Nanook qu'il admire...

Une BD pleine de sens, d'humour aussi, de solidarité animale, où les humains n'apparaissent pas sous leur meilleur jour mais sans exagération. On entre dans le monde des légendes inuits avec respect. 
La préface du scénariste est une vraie défense de l'ours polaire et de ce qu'il représente. Finalement, on se demande qui est le plus humain des deux, l'homme ou l'ours ?
A méditer...

Waluk
Ana Mirales-Emilio Ruiz
Delcourt jeunesse

vendredi 17 février 2012

Philosopher ?

Dernier titre sorti
La collection "Philosopher ?" de Michel Puech, à destination des adolescents, vaut vraiment la peine qu'on s'y attarde. 
Sept titres sortis pour l'instant, sur des thématiques diverses comme "Marcher", "Expliquer", "Jeter", "Vouloir", "Aimer", "La honte !" et "Vivre". Avec un illustrateur différent à chaque fois, ce qui permet d'entrer dans un univers différent sur chaque opus. 
Michel Puech a participé en 2000 à la création des "Goûters philo" (dont il a co-écrit les 25 premiers titres), et il apporte dans cette collection sa pédagogie au service des jeunes. La philosophie y est abordée d'une façon très simple mais efficace : il part de la notion pour la dérouler d'une façon à la fois théorique et concrète avec un ton très ado parfois mais aussi en prenant son public très au sérieux. On part du plus simple vers le plus compliqué, en prenant des pauses dans la réflexion, pour permettre la progression de la pensée. La mise en page, très agréable, un peu à la façon d'un carnet de croquis, fait qu'on lit de la philosophie sans même s'en apercevoir !

Pour aller plus loin : le blog de la collection, c'est ici


Collection Philosopher ?
Michel Puech
Editions le Pommier

mercredi 15 février 2012

Un cargo pour Berlin

Un roman fort : Nour (Lumière en arabe), brillante élève, des parents pauvres, et un avenir qu'elle ne s'est pas choisie. 
Avec le soutien de Mme Bouraoui, directrice de l'école, elle va pouvoir poursuivre ses études en échange de services rendus chez elle et un salaire. Mais Nour se laisse envoûter par le bel Idriss, neveu de la directrice, qui finalement ne l'a jamais aimée, juste pour le plaisir des corps. Le piège se referme sur elle. Enceinte, elle devient la paria de la famille. Pour sauver l'honneur, elle est promise à un homme sur l'influence fanatique de son oncle, qu'elle déteste. La seule échappatoire à cette double humiliation : tenter de fuir vers l'Eldorado de l'Europe, avec Tariq, l'ami de toujours. Pour cela, elle devient le garçon Youness. Commence alors pour eux deux le long chemin de l'immigration...

La construction de ce roman est intelligemment menée : les chapitres alternent entre Nour et Youness. Ce va-et-vient permet de comprendre ce que laisse la jeune fille derrière elle et ce qu'elle est en train de devenir malgré elle. Cette expérience douloureuse la fait grandir mais elle reste amputée d'une partie d'elle-même : sa famille sacrifiée pour l'enfant à naître. Elle réalise avec maturité que la vie est faite de choix parfois douloureux mais qu'il faut avancer malgré tout. La survie des migrants est également abordée avec beaucoup de réalisme (ou du moins ce qu'on peut en "imaginer").

Un roman pour grands adolescents.

Un cargo pour Berlin
Fred Paronuzzi
Thierry Magnier

lundi 13 février 2012

Une tribu dans la nuit

Voici pour le moins un roman bien étrange : il ne s'y passe rien ou presque (sauf la fin qui d'un coup se décante).
Un roman bien inclassable...

C'est l'histoire de Skip, jeune garçon malmené par la vie. Abandonné d'abord par sa mère, puis par son père, il erre de famille d'accueil en famille d'accueil. Il finit par s'enfuir et commence à organiser sa vie en ville. Attiré par son don pour le dessin (mais peut-être pas seulement...), Billy, un sans-abri, le prend sous son aile. Puis, sans crier gare, la ville est bombardée. Ils vont recueillir un petit garçon de 6 ans, Max, qui attend sa maman dans les décombres  de la bibliothèque, où ils ont trouvé refuge. Alors, ils vont encore fuir pour atterrir dans un parc d'attractions abandonné, Dreamland. Là, leur survie s'organise faite de débrouillardise (c'est le moins qu'on puisse dire...). Ils vont tous s'apprivoiser et créer des liens forts. Jusqu'à ce qu'arrive Tia, jeune fille de quinze ans, ballerine, avec un nourrisson dans les bras...

Je n'ai pas réellement accroché à l'intrigue mais curieusement, je suis allée (péniblement) au bout pour connaitre la fin qui, de mon point de vue, rattrape bien le reste. Il y a dans ce livre quelque chose de surréaliste, une espèce de désespérance à fleur de peau, une angoisse palpable. Pourtant, les personnages demeurent très attachants : leurs réflexions sont parfois comme des fulgurances, de celles dont on regrette de ne pas avoir pris un carnet pour les noter...là, sur le vif. 
C'est un roman sur l'Humain, dans ce qu'il a de pire et de meilleur. Et sur l'Espoir, malgré tout.


Biographie de l'auteur :
Glenda Millard a écrit des livres d'images, des nouvelles et des romans pour enfants et jeunes adultes. Elle a commencé à penser au personnage principal de ce livre après avoir remarqué le titre "Tribus urbaines" dans un journal : elle se demandait à quoi ressemblait la vie pour un jeune garçon sans abri, en compagnie d'individus jetés ensemble par des circonstances échappant à leur contrôle. Glenda Millard est fascinée par la manière dont le hasard intervient dans nos vies. 
"Alors que j'avais quitté l'école depuis presque quarante ans, dit-elle, j'ai découvert qu'un de mes professeurs de lycée avait restauré un manège. Comme j'avais toujours adoré les manèges, cela m'a intriguée et j'ai passé une magnifique journée avec mon ancien professeur, à tout apprendre sur le travail minutieux qu'il faut fournir pour les restaurer. Par la suite, je me suis rendue à Geelong et j'ai fait un tour sur ce manège. Plus tard, par une journée grise et humide de juin, je suis allée à St Kilda et je suis montée sur le manège du Luna Park. J'ai écrit un texte sur un cheval de manège, qui sera bientôt publié sous forme d'album illustré. Et lorsque j'ai entrepris d'écrire Une tribu dans la nuit, le souvenir de mon tour de manège par cette journée brumeuse de juin m'est revenu et m'a semblé former un cadre parfait pour mon roman. En situant une grande partie de l'histoire dans une fête foraine, j'espérais juxtaposer le lieu et les événements qui s'y déroulaient. Si la toile de fond de ce récit est la guerre, mon intention était de capter la nature indomptable de l'espoir, même dans les situations les plus désespérées"
Glenda Millard vit dans la région des Goldfields, dans l'Etat de Victoria. Plusieurs de ses romans et albums ont reçu de prestigieux prix littéraires en Australie.

A partir de 11-12 ans (bons lecteurs)

Une tribu dans la nuit
Glenda Millard
Traduit de l'anglais par Valérie Le Plouhinec
Hélium

dimanche 12 février 2012

Les fantastiques livres volants

 26 février 2012 : a remporté l'oscar du meilleur court-métrage d'animation !

 Une magnifique vidéo glanée sur la toile : quel bel hommage aux livres, à la lecture et à celles et ceux qui s'en occupent ! De la transmission aussi...et ça, ça me plait ! 


L'application Ipad est superbe aussi...elle apporte vraiment un plus...pour une fois....



Je suis particulièrement sensible à ce mélange des genres, surtout quand ça parle des livres...

What else ?

Merci au blog "Les lectures de Kik" ici pour cette découverte.

The fantastic flying books
Mr. Morris Lessmore
Moonbot studios

vendredi 10 février 2012

Tous pareils !

Tous pareils ! Petites pensées de sagesse caribou : un petit album qui mène la vie dure aux préjugés. Ces caribous bien attachants se parent des travers humains et les décortiquent avec réalisme et humour.
On se reconnait tous là-dedans et ça fait un bien fou ! En ce temps où l'individualisme est roi, il est bon de rappeler que finalement :"Quand on enlève nos masques, nos costumes, nos chapeaux et nos plumes...ON EST TOUS PAREILS !". 
Merci M. Edouard Manceau de ce message universel...



Tous pareils ! Petites pensées de sagesse caribou
Edouard Manceau
Milan jeunesse

mercredi 8 février 2012

Soixante choses impossibles à faire avant le déjeuner

Se plonger dans ce livre, c'est s'ouvrir les portes de l'imaginaire ! Et se débarasser de ce que l'on croit savoir ! Bref, c'est absolument jubilatoire : 60 choses abordées avec un regard très décalé, toutes aussi saugrenues les unes que les autres. Franchement, on a vraiment l'impression que son esprit s'ouvre...Surréaliste !
Mine de rien, c'est aussi une mine d'informations sur des expériences à tenter, sur des perspectives à regarder d'un autre oeil, c'est bourré d'humour, de poésie et de couleurs. Certains diront que c'est absurde et que ça ne sert à rien. Moi, je dis : et pourquoi pas ? Un livre qui plaira certainement aux enfants tout court et aux adultes encore curieux....(si, si, il y en a encore !).



Un exemple...

Soixante choses impossibles à faire avant le déjeuner
Harriet Russell
Editions Les Grandes personnes (c'est ICI)

lundi 6 février 2012

Abécédaire

Collection ABéCéDaire
Editions l'Edune
En ouvrant mon blog aujourd'hui, une invitation à participer au Tag Abécédaire...
Ce n'est pas trop mon truc et en tentant l'aventure du blog il y a quelques mois, je ne pensais pas que cela me mènerait parfois sur ces chemins...
Il s'agit de faire le bilan de son année passée... : je vais changer un peu la règle du jeu car nous sommes déjà en février alors je vais le décliner à cheval sur 2011 et début 2012...
Et c'est parti !







A comme Accro (à la lecture)
B comme Bonheur(s) (petits et grands)
C comme Chanter (du matin au soir)
D comme Devoirs (la vie en est remplie)
E comme Enthousiasme (à condition qu'on ne vous le coupe pas)
F comme Folie (juste un p'tit grain)
G comme Guigne (à éviter...)
H comme Hautbois (je m'accroche)
I comme Indépendance (Indispensable)
J comme Jardin secret (à entretenir précieusement)
K comme K.O (ça m'arrive de l'être)
L comme Lucidité (ça peut servir)
M comme Maman (le plus beau "métier" du monde)
N comme Naissance (de mon blog)
O comme Obstacles (à surmonter, tant qu'à faire)
P comme Pétard (c'est mieux qu'un autre mot, non ?)
Q comme Quotidien (lourd à porter parfois)
R comme Rires (ma maison en est pleine)
S comme Sensibilité (souvent à fleur de peau)
T comme Temps (il en manque tout le temps !)
U comme Ubiquité (la solution au T...)
V comme Vacances (qu'il est joli ce mot !)
W comme Week-end (petites vacances...)
X comme X (j'ai rien trouvé !)
Y comme Yoga (faudrait que je m'y remette...)
Z comme ZZZ...(sinon, impossible de faire tout le reste !)

Si ça vous tente...essayez !

vendredi 3 février 2012

Les clac-Book !

Une collection de livres-frise au concept innovant : en dépliant le livre jusqu'au bout, il fait vraiment "Clac !". Au début, on n'ose pas trop aller au bout mais finalement ça marche et c'est surprenant ! Peut-être un peu fragile (ça dépend des enfants...), mais de la belle qualité et joliment présenté.

Pour l'instant, quatre titres sortis :

 -Compte avec moi ! de Philippe-Henri Turin : livre-frise, livre à compter : Charles n'a que 8 doigts ! Autrement dit, il a bien besoin des enfants pour l'aider à apprendre à compter !








-La nuit d'Olivier Charpentier :  Maman vient border Petit Loup et l'embrasser. Mais elle n'a pas le dos tourné que déjà la nuit arrive et, telle une vague, emporte Petit Loup...Pour dédramatiser le sommeil et les peurs qui souvent l'accompagne.








-Plouf ! un abécédaire aquatique de Thomas Baas : sur le thème de la mer, de "Ancre" à "Zut" en passant par "Goëland" ou encore "Rocher", il nous entraîne tout d'abord sur le port pour le recto, puis sous la mer pour le verso. Avec un aussi bel alphabet, se plonger dans l'apprentissage des lettres sera un vrai plaisir. 








-Dans ma rue d'Olivia Cosneau : dans ma rue, il y a...:  une boulangerie, une épicerie, un fleuriste, une boucherie, une poissonnerie ! Mais aussi une quincaillerie, une charcuterie, une confiserie, et aussi la poste. Tiens, voilà le facteur ! Deux enfants partent avec une liste chercher les quelques bricoles que maman a oubliées pour préparer la fête. Mais en chemin, ils la perdent. Aidez-les à retrouver dans tous ces magasins ce que maman leur a demandé. Une frise qui fonctionne comme un imagier. 






A chaque fois, un univers différent, très coloré. 
Une collection très réussie ! 
On attend la suite... 

Les Clac Book !
Seuil jeunesse

mercredi 1 février 2012

Bonsoir porte manteau !

Une histoire sans paroles... certains sont déconcertés (souvent les parents d'ailleurs !) mais ça masse l'imagination !

Une porte s'ouvre et laisse entrer à chaque page un habitant...et le porte manteau se couvre peu à peu des effets personnels de chacun. Puis, à la fin, bien chargé, il s'anime et prend la poudre d'escampette !
Les contrastes des couleurs jouent à merveille sur le fond gris de chaque double page. 


Un album au pouvoir imaginatif certain. Un beau clin d’œil à cet objet si utile qu'on finit par ne plus le voir.

Et de paroles, nul besoin ! Les images parlent d'elles-mêmes...

Bonsoir Porte manteau ! 
Aurélie Guilleret
Jbz & Cie
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...