Le loup sous le lit ou quand une petite fille sait ce que les adultes ne savent plus

Le n°5 de la collection Trimestre, c'est précieux, ça se lit plutôt deux fois qu'une, en prenant son temps, pour s'imprégner de ce qu'il nous dit, derrière les mots...
Celui-ci est noir et rouge, toujours cette bichromie, marque de fabrique : mais point de petit chaperon rouge !
Non, un conte moderne, cruel, poétique, réaliste mais magnifique.

Stéphane Servant nous livre là un texte fort sur l'affrontement des différences, sur la barrière des préjugés, sur la faculté de l'enfance à voir ce que les grands ne sont plus capables de voir. Sur la force de la liberté aussi. Et du silence. Sur l'ignorance et la brutalité des hommes. Sur l'amitié plus forte que tout, entre une petite fille et un loup, au-delà même des mots qu'il n'est nul besoin de prononcer. Dès leur rencontre, ils s'apprivoisent :"Alors j'ai levé la main et j'ai déplié mes doigts, un par un, très lentement-comme une étoile qui disait : "Je ne te veux pas de mal" (p.9)...Tout au fond de ma poitrine, ses yeux ont caressé mon coeur" (p.11). ça parle aussi d'oiseaux privés de liberté, dans des villes anonymes, de forêts et de leurs mystères et de deux mondes apparemment étanches mais que deux êtres vont partager : "Quand j'étais fatiguée, le loup m'apprenait les taches de soleil, la langue secrète des arbres, la saveur de la boue, les morsures du froid et la douceur du ventre des crapauds. Les heures passaient, en secret. Nous étions heureux commes des insectes cachés sous l'écorce chaude d'un arbre." "Tous les mercredis, le loup et moi nous allions en ville. Il m'avait montré les belles choses cachées dans la forêt, et je voulais lui montrer les belles choses de l'homme, cachées dans la ville. Et il les a aimées..."(p.27).

Les illustrations de Benoît Morel sont parfaites : on y ressent la douceur, la tristesse, la violence, la peur, l'attachement, la complicité, le manque, l'absence et le souvenir....

A la première lecture, j'étais toute chamboulée...à la deuxième, envoûtée et conquise.

Il y aurait encore beaucoup à dire ! Un gros coup de cœur une fois de plus pour cette collection décidément pas comme les autres...et c'est tant mieux.

A partir de 8 ans me semble par contre un peu jeune ou alors il est indispensable d'accompagner cette lecture. 

J'attends avec impatience le prochain, un texte de Jo Hoestlandt : "Je veux aller à la mer où l'on apprend que la mer est à 503 km".

La collection Trimestre ici

Le loup sous le lit
ou quand une petite fille sait ce que les adultes ne savent plus
Stéphane Servant
illustré par Benoît Morel
Oskar jeunesse
Collection Trimestre

Commentaires

  1. Il a l'air génial ce livre ! Je sens que ce sera une des prochaines lectures de la valise à raconter s'il est à la médiathèque !
    Merci pour cette nouvelle découverte !

    RépondreSupprimer
  2. oh ! pas seulement celui-ci mais la collection toute entière ! oui, ils sont à la médiathèque.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Votre p'tit avis, c'est ici...merci !

Ce que vous avez aimé sur le blog...

Coup de cœur numérique #32 : Application Les incos

Mon top 5 du moment en littérature jeunesse

Lectures de vacances #1 : London Panic !

La danse du swap d'été !

Lectures de vacances #2 : Baleine rouge