Loin de la ville en flammes

Résumé de l'histoire : Elizabeth, Karli et Mutti, leur mère, employée au zoo, habitent à Dresde. Leur père, mobilisé, n'est toujours pas rentré. La plupart des villes allemandes ont été bombardées et le directeur du zoo annonce à ses employés que lorsque viendra leur tour, il leur faudra tuer tous les animaux pour éviter qu'ils ne se dispersent. Mais Mutti s'est attachée à Marlène, l'éléphante qu'elle a vue naître, et elle décide de la recueillir dans son jardin. Quand le 13 février 1945, les premières bombes sont lâchées, Mutti, Marlène et ses enfants prennent la fuite pour se réfugier chez des parents à la campagne. Mais ils trouvent la ferme abandonnée et découvrent alors un aviateur qui se cache dans la grange, un soldat ennemi, Peter, dont la jeune Elizabeth tombe amoureuse. Bientôt, il leur faut fuir de nouveau, car Peter est recherché, aller vers l'Ouest. Ils reprennent leur longue marche dans l'hiver glacé. 

Lorsque j'ouvre un livre de Michael Morpurgo, je sais toujours que je vais être touchée par son histoire et cette fois-ci encore, c'est le cas : ce qui n'est pas dit dans le résumé ci-dessus, c'est que c'est Elisabeth, Lizzie, devenue une vieille dame hospitalisée qui raconte ses souvenirs à son infirmière. Elle s'est prise d'affection pour son jeune garçon, Karl, qui lui rappelle son petit frère Karli. Tout le monde la prend pour une sénile car elle prétend voir une éléphante dans le jardin ....seul Karl la prend au sérieux. Et elle se met alors à raconter d'une traite ses souvenirs de ce bombardement de Dresde qui a bouleversé se vie à jamais.

Michael Morpurgo a ce don rare chez un écrivain de toucher à la fois les enfants et les adultes. Avec des thématiques aussi universels que la générosité, la solidarité, la tolérance et l'amour, il emporte son lecteur dans les évènements historiques mais avec cette pointe d'humanité qui lui est très personnelle : avec des mots simples, des héros et héroïnes comme vous et moi, il ajoute toujours cette petite part de merveilleux à travers un animal. Et décidément, il doit avoir un faible pour les éléphants (ça tombe bien, les enfants sont aussi fascinés par cet animal !) puisque dans son précédent roman "L'enfant de la jungle" (que je vous recommande), il s'agit non pas d'une éléphante mais d'un éléphant !
Un roman du côté des vaincus, qui donne une lecture différente des évènements mais prouve combien la guerre, de quelque côté que l'on soit, ne véhicule que souffrance et désolation.

A lire dès 10 ans.

Loin de la ville en flammes
Michael Morpurgo
Gallimard jeunesse


Commentaires

  1. Je l'ai lu le livre au prix des emboutiquiteur et il est très bien. J'ai adoré !!!!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Votre p'tit avis, c'est ici...merci !

Ce que vous avez aimé sur le blog...

Coup de cœur numérique #32 : Application Les incos

Mon top 5 du moment en littérature jeunesse

Lectures de vacances #1 : London Panic !

La danse du swap d'été !

Lectures de vacances #2 : Baleine rouge